Mes ailes sont prêtes à s’ouvrir

                                                                                                                                        Tant j’ai plaisir à revenir

                                                                                                                                        Car à rester le temps de vivre

                                                                                                                                        Je n’aurais guère de bonheur.

                                                                                                                                             

                                                                                                                                        “Gruss vom Angelus”

                                                                                                                                                              Gerherd Scholem




Il existe un tableau de Klee qui s’intitule « Angelus Novus ». Il représente un ange qui semble sur le point de s’éloigner de quelque chose qu’il fixe du regard. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte, ses ailes déployées. C’est à cela que doit ressembler l’Ange de l’Histoire. Son visage est tourné vers le passé. Là où nous apparaît une chaîne d’événements, il ne voit, lui, qu’une seule et unique catastrophe, qui sans cesse amoncelle ruines sur ruines et les précipite à ses pieds. Il voudrait bien s’attarder, réveiller les morts et rassembler ce qui a été démembré. Mais du paradis souffle une tempête qui s’est prise dans ses ailes, si violemment que l’ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse irrésistiblement vers l’avenir auquel il tourne le dos, tandis que le monceau de ruines devant lui s’élève jusqu’auciel. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès.

Sur le concept d'Histoire, Thèse IX, Walter Benjamin

topRT.html